Vous ne voyez pas bien cet e-mail ? Cliquez-ici

Editorial

Le mode de paiements est un facteur clé dans la gestion du cash des entreprises. L’ évolution du SEPA est une opportunité d’informer les clients et de favoriser un mode de paiement cohérent avec la politique de l’entreprise. Deux orientations principales peuvent être choisies : la maîtrise du délai de règlement ou la sécurisation des règlements. Longtemps laissé à la main des clients, les entreprises doivent être forces de propositions dès la signature des contrats. Le mode de paiement comme le délai sont des sujets de négociation commerciale essentiels.
Daniel Vergouts, Dirigeant d’EGC

LE LEVIER DU MOIS

LA MIGRATION SEPA

La mise en œuvre du SEPA est un choix d’harmonisation des modes de paiements trans-nationaux et de sécurisation des acheteurs. Il s’applique dans les 34 pays de la zone SEPA. Le calendrier prévoyait une application pour la zone euro au 01 février 2014. La commission européenne et le parlement ont voté cette semaine un période de transition de 6 mois supplémentaires.


L’utilisation du SEPA dépend aussi de la devise utilisée.
Ex : un virement France => Royaume Uni libellé en euros sera en SEPA
Ex : un virement France => Royaume Uni libellé en livres sterling sera en virement international.

La référence IBAN est suffisante pour les virements SEPA en France, les codes BIC sont recalculés par les Banques afin d’éviter les erreurs de saisies. IBAN et BIC sont nécessaires pour les virements trans-frontières.

Les autorisations de prélèvements existantes sont réputées valables en SEPA, inutile de refaire signer les mandats.
Cependant, les « devoirs du créancier » imposent aux fournisseurs de communiquer auprès des clients sur la migration en SEPA par tout moyen à leur disposition. Cette communication doit avoir lieu au minimum 14 jours avant chaque prélèvement (et une seule fois dans le cas d’un échéancier). Elle permet en outre de communiquer aux clients le n° ICS (Identifiant Créancier Sepa) ainsi que le n° unique de mandat.




L’enjeu essentiel du SEPA repose sur les délais de contestation, allongés par le régulateur afin de protéger les consommateurs.

L’utilisation du flux SDD B to B permet de se soustraire à ces délais, et de sécuriser ses paiements.


ZOOM SECTEUR

Les coopératives agricoles

Le secteur agricole français est en pleine mutation. Depuis plusieurs générations, les petites exploitations cèdent la place à des groupements de plus en plus puissants. Cette évolution donne aux agriculteurs la force de négociation économique, politique et sociale nécessaire dans un contexte de compétition mondiale.

Les coopératives intègrent ainsi de nombreuses sociétés et doivent faire face à plusieurs défis autour du crédit management : structurer le référentiel tiers pour garder une vision au Siren essentielle à la gestion des risques, segmenter les clients entre adhérents avec ou sans apports et les clients « classiques » pour adapter les relances, sortir des habitudes bien ancrées de délais de paiement à 1 an et plus, prêcher l’importance du prélèvement pour traiter la masse des retards, et enfin, trouver le juste milieu entre une stricte analyse de solvabilité et un soutien aux adhérents.

« Du grain à moudre pour le crédit management »

EGC vient d’intégrer des compétences sur les factors, et le recouvrement dans le négoce de pièces automobiles.
Celles-ci viennent compléter notre expertise sur les créances complexes (Bâtiment, marchés privés et publics), la gestion des risques (assurance-crédit, limites de crédit et auto-assurance), et sur les outils du crédit manager (logiciels de recouvrement et de gestion des risques).

TÉMOIGNAGE

« L’AFFACTURAGE est un mode de financement court terme attirant, car souple et rapide, en phase avec les besoins de l’activité. Il préserve la capacité d’endettement de l’entreprise.
Cependant, ces contrats nécessitent un réel suivi et une bonne connaissance des mécanismes de l’affacturage afin d’optimiser son utilisation :
  • Règles de dé-financement
  • Qualification des nouveaux clients
  • Garanties nécessaires »
Laurent PRUNIER, EGC



Rédacteur : Loïc de Rosbo et l'équipe d'EGC




EGC - 33 rue Paul Gauguin, 31300 Toulouse · Tél : 05 34 46 81 20
www.egc-france.com · info.contact@egc-france.com